Etoile du matin

La fille du roi

Mise en ligne Sep 21, 2014 par Etoile du Matin dans Coin Enfants
1,886 Résultats

La fille du roi 

   “ J’aimerais tellement être une princesse !”

   Emma, debout, le plumeau à la main, était arrêtée sur une des marches de l’escalier la menant à sa chambre, qu’elle devait nettoyer et ranger chaque jour.

   “ Pourquoi, mon enfant ?” demanda sa mère.

   “ Parce que je n’aurais jamais à balayer, à faire la poussière et les lits, mais j’aurais plein de servantes qui feraient toutes ces choses pour moi.”

   “ C’est un désir insensé, ma fille, mais même si tu étais une princesse, je pense que tu trouverais utile d’apprendre à faire ces choses, afin que tu puisses les faire en cas de besoin.”

   “ Mais il n’est jamais nécessaire qu’une princesse travaille.”

   “ En disant cela ma petite fille prouve son ignorance. Si elle vient me voir après avoir accompli sa tâche, je lui montrerai une image.”

   La petite chambre fut enfin rangée et nettoyée, et Emma vint trouver sa mère, lui rappelant sa promesse de lui montrer une image.

   “ Que vois-tu mon enfant ?” demanda sa mère, présentant  l’image à sa fille.

   “ Je vois une jeune fille portant un tablier, et ayant un balai à la main.”

   “ Peux-tu me dire où elle se trouve ?”

   “ Je ne sais pas. Il y a des murs et des arcades en pierres, et un sol en pierres. Je ne crois pas que ce soit un endroit très agréable.”

   “ Non, ça ne l’est pas. C’est une prison, et la jeune fille est une fille de roi.”

   “ Une fille de roi !”

   “ Oui ; et son histoire est très triste.”

   “ S’il te plaît, raconte-la moi.”

   “ Il y a bien des années, le roi de France s’appelait Louis XVI, et sa femme s’appelait Marie-Antoinette. Ils n’étaient ni un méchant roi, ni une méchante reine, mais ils recherchaient le plaisir, et ils étaient parfois bien étourdis.

   “ Ils oublièrent qu’il était de leur devoir de rechercher le bien de leur peuple ; ils dépensèrent alors leur argent de manière extravagante pour leur propre plaisir, tandis que la nation toute entière souffrait.

   “ Le peuple, poussé par ses dirigeants, apprit à haïr son roi et sa reine. Ceux-ci furent arrêtés, avec leurs deux enfants, et emprisonnés à la prison qu’on appelait “Le Temple”.

   “ Ce furent de terribles moments pour la France, et toute personne suspectée d’être ami avec le roi et sa famille était emprisonnée, puis guillotinée. Les prisonniers du Temple passaient le temps comme ils pouvaient.

   “ Chaque jour le roi enseignait son fils et sa fille, ou lisait à voix haute, tandis que Marie-Antoinette, Madame Elisabeth et la jeune Marie-Thérèse cousaient.

   “ Après un certain temps, le peuple en colère guillotina le roi. Rapidement après cela le petit garçon fut séparé de sa mère, de sa sœur et de sa tante et fut confié à la garde d’un homme cruel.

   “ Puis, ce fut au tour de Marie-Antoinette de monter à l’échafaud, le 16 octobre 1793. Sa fille, Marie-Thérèse, fut laissée seule avec sa tante, Madame Elisabeth.

   “ Mais ce privilège fut de courte durée. Madame Elisabeth fut elle aussi guillotinée, et la pauvre jeune fille de seize ans fut toute seule dans une prison lugubre, gardée par des soldats brutaux.

   “ Pendant un an et demi elle vécu ainsi, misérablement, ne sachant pas si sa mère et sa tante étaient encore vivantes ou non. Des années après, lorsqu’elle fut libre, elle raconta par écrit sa vie en prison. Dans ses écrits nous pouvons lire : « Je demandais uniquement des choses nécessaires à la vie, et elles m’étaient souvent durement refusées. Cependant, j’étais à même de rester propre. Au moins j’avais de l’eau et de la soupe, et je balayais ma cellule chaque jour. »

   “ Sur cette image tu peux voir la fille du roi, et la descendante d’une impératrice (Marie-Thérèse d’Autriche). Après avoir soigneusement fait sa toilette, elle balaie le sol de pierres de sa cellule.

   “A ton avis, qu’est-ce qui lui a donné le plus de satisfaction durant ces sombres jours de l’épreuve : le souvenir qu’elle était la fille d’un roi, ou la connaissance des devoirs ménagers, qu’elle a certainement appris lorsqu’elle était une princesse heureuse, enviée, vivant dans un palais et entourée de nombreux serviteurs ?”

   “ Est-ce une histoire vraie ?”

   “ Oui, Emma, tout est vrai ; et je pourrais t’en dire beaucoup, beaucoup plus.”

   “ Qu’est-elle devenue ?”

   “ Elle a finalement été libérée de prison et envoyée en Autriche chez des amis de sa mère ; mais il a fallu attendre une année avant qu’elle ne sourit. Bien qu’elle ait vécu soixante-dix ans, elle n’a jamais oublié les terribles souffrances de sa vie en prison.

   “ Mais mon enfant, ce que je veux que tu comprennes, c’est que même s’il serait parfois agréable d’être une princesse, ce n’est pas toujours si agréable. Souviens-toi toujours, ma chère fille, qu’une connaissance du ménage n’est jamais négligeable et que toute jeune fille, quelles que soient les circonstances dans lesquelles elle se trouve, sera toujours plus heureuse et plus utile si elle la possède.”

   Les enfants ne comprennent pas tout, tout de suite ; je ne dirais pas qu’Emma a rapidement appris à être heureuse de faire la poussière et de balayer. Mais rappelez-vous que toute femme peut être reine dans son foyer si elle utilise sa sagesse et sa force pour le bienfait de ceux qui l’entourent, ne se dégageant d’aucune de ses responsabilités, mais les accomplissant comme il faut et avec joie.

Tiré du livre : « The King’s Daughter », p. 7