Etoile du matin

L'examen de Jim

Mise en ligne Sep 21, 2014 par Etoile du Matin dans Coin Enfants
1,692 Résultats

L’examen de Jim 

   Jim suivait des cours d’ingénieur dans une grande université des États-Unis et le moment des examens approchait. Il s’en faisait beaucoup de souci. En réalité, il s’en tourmentait bien plus que ses camarades. Il fit remarquer à l’un de ses amis que la raison pour laquelle il étudiait tellement était qu’il désirait être prêt lorsque le moment de l’examen serait là.

- Mais, lui répondit son ami, ne sais-tu pas, Jim, que tu peux très bien, pour 5 dollars, acheter une copie des questions qui seront posées à l’examen ?

- Que veux-tu dire ?

- Exactement cela. La plupart des étudiants ont acheté les questions. Ils n’ont plus de souci à se faire. Ils vont uniquement étudier la réponse aux questions qui leur seront posées et ils passeront l’examen avec succès. Veux-tu que je te procure ces questions, Jim ?

- Mais dis-moi, comment se procure-t-on les questions, et qui les vend ?

- Je peux te les procurer et c’est tout. C’est un secret et nous ne désirons pas que la chose se répande, mais le concierge a trouvé le papier carbone qui a servi à taper les questions dans la corbeille à papier et en tenant ce carbone devant un miroir on est arrivé à déchiffrer les questions. De cette manière, il se fait quelque argent et les étudiants auront de bonnes notes sans trop s’en faire.

   Jim était bouleversé et sa conscience ne lui permit pas de participer à une telle supercherie. C’était naturellement une tentation. Mais il soutint la bataille qui se livrait dans son cœur et remporta la victoire. Ou bien il passerait l’examen honnêtement, ou bien il échouerait, mais il ne voulait pas tromper.

   Il prévint la dame chez laquelle il habitait qu’il désirait avoir deux ou trois jours de solitude pendant lesquels il pourrait mieux étudier et qu’il allait s’absenter sans laisser d’adresse. Il rentrerait le matin de l’examen.

   Ayant trouvé un lieu où il pouvait étudier sans que personne ne le dérange, il passa deux jours à réviser les sujets qui risquaient d’être présentés à l’examen. La lutte n’était pas aisée car il savait que la plupart de ses camarades se délassaient tandis que lui travaillait avec acharnement. Mais la lutte lui apporta cependant de la joie : il savait qu’il faisait ce qu’il devait.

   Le jour de l’examen il gravit les marches du grand escalier de l’université d’un cœur léger et avec une bonne conscience. Un certain nombre de ses camarades lui lancèrent un regard hargneux et l’un d’entre eux lui dit :

- Tu es un idiot, Jim. Pourquoi te donner tant de peine quand tu pouvais faire autrement ? Pourquoi se fatiguer les méninges en vue d’un examen ? Tu es vraiment ridicule, Jim.

   Une minute avant l’examen, la porte de la classe dans laquelle les élèves étaient rassemblés s’ouvrit et le professeur entra, les feuilles d’examen en main. Son visage était particulièrement sérieux. Lorsque le silence fut établi, il dit : « Messieurs, nous avons fait une découverte absolument bouleversante. Les questions d’examen ont été copiées et offertes à quiconque voulait les acheter. Nous en avons été terriblement affectés, vous n’en doutez pas. Il a été nécessaire qu’un certain nombre de membres du corps enseignant passe une partie de la nuit pour préparer d’autres questions. Les voici et vous pouvez vous mettre au travail. »

   Certains visages rougirent, d’autres pâlirent, d’autres encore exprimèrent le désespoir le plus complet. On sentait une grande tension dans l’air. Les feuilles d’examen furent distribuées. Certains firent un effort pour essayer de répondre aux questions et d’autres se levèrent et quittèrent la classe. Ils savaient qu’il était inutile d’essayer parce qu’ils n’avaient pas étudié.

   Une joie sans mélange, un sentiment de victoire et de bonheur, remplissait le cœur de Jim, parce qu’il avait eu le courage de se montrer un homme et d’être honnête. En compagnie de quelques étudiants ; il fut reçu avec mention.

   Ce jour-là, Jim résolut d’être toujours honnête quoi qu’il lui en coûte.